Ce que l’homme désire, il l’espère et le croit.

 

AH (P.289)

 

Quand la mort rôde, quelque chose d’indéfini pousse à la révolte.

AH (P.295)

 

Le courage et l’héroïsme, disait-on, sont quelque chose de tout à fait naturel.

AH (P.298)

 

L’enthousiasme, une fois brisé, ne peut plus être réveillé quand il sera nécessaire.

AH (P.299)

 

Ce que le paysan ne connaît pas, il ne le mange point.

Assertion (P.300)

 

L’emploi de la force physique toute seule, sans une force morale basée sur une conception spirituelle, ne peut jamais conduire à la destruction d’une idée ou à l’arrêt de sa propagation, sauf si l’on a recours à une extermination impitoyable des derniers tenants de cette idée et à la destruction des dernières traditions.

AH (P.304)

 

Toute persécution qui n’a point de base spirituelle, apparaît comme moralement injuste.

AH (P.304)

 

La réussite du dessein réside uniquement dans l’application prolongée et uniforme des méthodes pour étouffer une doctrine.

AH (P.306)

 

La lutte est moins une défense qu’une attaque.

AH (P.307)

 

Toute tentative de combattre un système moral par la force matérielle finit par échouer.

AH (P.308)

 

On ne peut cependant nier que, pour un très grand nombre de politiciens bourgeois, la distance entre les classes apparaîtra comme toute naturelle durant tout le temps où elle ne commencera pas à agir dans un sens politiquement défavorable pour eux.

AH (P.310)

 

Dans les affaires politiques, il n’est pas rare que le sentiment donne une solution plus exacte que la raison.

AH (P.310)

 

On doit se garder de croire la grande masse plus sotte qu’elle ne l’est.

AH (P.310)

 

 

FIN DU TOME PREMIER

 

                                                                                                                                    

Cet ouvrage est le 1er publié dans la collection Polémique et propagande par la Bibliothèque électronique du Québec.

Retour à l'accueil